Les entreprises du numérique s'engagent dans le plan de sobriété énergétique

  Ajouter cet article à mes favoris Cet article est dans vos favoris
Les entreprises du numérique s'engagent dans le plan de sobriété énergétique

Le plan de sobriété énergétique, préparé à la demande du président de la République Emmanuel Macron, a été présenté par la première ministre Élisabeth Borne devant la presse début octobre. Ce plan a pour objectif d’éviter les pénuries et limiter les coupures cet hiver, liées à l’arrêt quasi-total de livraisons de gaz en Europe par la Russie. L’objectif du gouvernement est de baisser de 10 % la consommation énergétique du pays d’ici à 2024 et de 40 % d’ici 2050, en évitant toute surconsommation d’énergie, en tenant compte de notre impact environnemental et de nos besoins réels. Ce dernier s’inscrit dans le cadre de l’article 1 de la loi sur la transition énergétique de 2015, pour laquelle la sobriété énergétique représente l’un des piliers fondamentaux.

Plus largement, c'est toute l'Europe qui se prépare à faire face à une crise énergétique et à des tensions sur le réseau électrique. Dans un communiqué de presse publié le 20 juillet dernier, la Commission européenne annonçait vouloir organiser, au niveau européen, une diminution de la consommation d’électricité et de gaz de 15 % d'ici le printemps 2023, en appelant les 27 pays membres à rassembler leurs efforts au service de cet objectif.

Dans le plan de sobriété énergétique adopté en France, le gouvernement énonce un ensemble d’actions spécifiques à mener dans neuf secteurs économiques et sociaux ciblés, dont le numérique. 

Réduire l’impact du numérique sur l’environnement

Le numérique représenterait aujourd’hui entre 3 à 4 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde et 2 % au niveau national. Des chiffres qui sont amenés à doubler d’ici 2025, selon l’étude menée par l’Agence de la transition écologique (Ademe). Par ailleurs, le secteur du numérique représente près de 10 % de la consommation électrique française. 

Ainsi, suite à l’appel lancé le 23 juin dernier par Élisabeth Borne et Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, Jean-Noël Barrot, ministre de la Transition Numérique et des Télécommunications, a dirigé un groupe de travail chargé de proposer une réflexion sur les engagements de sobriété énergétique que les acteurs du numérique peuvent prendre. De ce travail est né l' « Engagement sobriété », d'ores et déjà signé par de nombreuses entreprises du secteur (France Digitale, French Tech, Lixo, Meero, ManoMano, Qonto, Station F, Swile, etc.). 

Des mesures pour le fonctionnement interne des entreprises

Le numérique représentant 21 % de la consommation d’électricité d’une entreprise, des mesures de sobriété énergétique ont été proposées sur ces aspects : 

  • Définir et mettre en place un plan de transformation sobriété numérique pour l’ensemble de l’entreprise

  • Sensibiliser les salariés aux bons gestes du numérique (éteindre les lumières, écrans et ordinateurs lorsque les bureaux sont fermés, baisser la luminosité des écrans, recharger les appareils en dehors des pics de consommation, privilégier les conversations téléphoniques aux visioconférences, etc.)

  • Investir dans du matériel reconditionné, plus durable et plus respectueux de l’environnement, alors que 80 % des impacts du secteur numérique sont liés à la fabrication des appareils (Ademe)

  • Limiter le stockage des données et le parcours des données

Ordinateur affichant éléments clés sobriété énergétique, maison écologique à basse consommation comme concept d'évaluation de l'efficacité énergétique,

Les mesures pour fournisseurs de solutions et services numériques

  • Les centres de données (datacenters)

Les centres de traitement de données sont un élément clé de l’informatique : sur ces serveurs sont stockées des quantités massives d’informations. L’électricité consommée par ces appareils se transforme en chaleur, c’est pourquoi les data centers sont équipés de systèmes de refroidissement, les rendant particulièrement énergivores. 

La stratégie est donc de limiter au maximum le recours à la climatisation pour refroidir les hébergeurs, lorsque cela leur est permis. En effet, les unités de stockages de données ont besoin de beaucoup d’énergie pour tourner, notamment pour refroidir les centres.

D’après les chiffres de France Data Center, passer les salles de 23 à 21 °C pourrait permettre de diminuer la consommation d’énergie de 7 à 10 %, alors que, dans le monde, les infrastructures réseaux et data centers sont responsables à eux seuls de 25 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur du numérique.

  • Les opérateurs de télécommunications 

Selon Green IT, une box ADSL/fibre consomme en moyenne entre 158 kWh et 300 kWh d’électricité chaque année, selon les modèles.

Les fournisseurs d’accès à Internet sont donc invités à définir des critères de paramétrage des box et des décodeurs TV, dans le but d’automatiser une mise en veille, en cas d'absence prolongée de leur utilisation. 

  • Les entreprises de services numériques

Les travaux de calcul intensif sont très consommateurs de puissance et d’énergie. Un travail sera mené par les principaux acteurs concernés afin d’effectuer les calculs en dehors des pics de consommation nationale, notamment avec l’appui d’une tarification incitative.

Les 120 plus grandes start-up, porteuses de solutions pour tous les acteurs de l’économie et issues de la prochaine promotion du programme Next40/FT120, se sont engagées à réaliser leur bilan carbone d’ici la fin 2023, afin d’accélérer leur transition énergétique.

Toutes les entreprises du numérique peuvent rejoindre l’engagement sobriété et sont invitées à initier des audits énergétiques afin d’identifier les gisements d’économies d’énergie.

Retrouvez ici le Plan de sobriété énergétique présenté en octobre 2022.

Pour allez plus loin, nous vous conseillons le documentaire Arte ci-dessous qui revient notamment sur ces différentes mesures.

Recevez gratuitement votre veille innovation B2B sur-mesure.


SuccessfulAI est un service de veille innovation 100% gratuit.

Créer mon compte
Vous pourriez être intéressé(e) par :

L’impact carbone de la publicité est aujourd'hui colossal et s’entend depuis la production des produits vendus jusqu’à leur utilisation, en passant pa...

Notre solution arcade vise à apporter aux acteurs financiers des informations détaillées et innovantes permettant d’évaluer les entreprises sur les en...

Référencer ici une solution ou un service